Menu

Rejoignez nous sur Facebook !
Rejoignez nous sur Instagram !
CABINET D'EXPERTISE Alexis Marechal à Bordeaux
   
Jean Dupas - Dessin découvert par Artexpertise.fr adjugé 68 750 euros
Jean François Raffaelli : Tableau adjugé 147.600 euros (frais inclus)
Le Maitre des Cortèges Tableau vendu 162 500 euros
Expert en tableaux anciens
Miroir de Line Vautrin adjugé 65.000 euros (frais inclus)
Estimation gratuite de tableaux
Albert Marquet - Tableau découvert par Artexpertise.fr adjugé 137 000 euros (frais inclus)
Tableau de Georges Mathieu vendu 123.000 euros
Estimation gratuite de mobilier et d'objets design
Georges Jouve adjugée 287 000 euros
Estimation gratuite de tableaux orientalistes
Expertise et Estimation Objets d'art d'Asie
Le Quoc Loc. Panneau de Laque adjugé 76.250 euros
Pierre Chapo Grande tableau adjugée 25.200 euros
Tableau de François DESPORTES découvert par Artexpertise.fr Adjugé 2.029.500 €
Alex Lizal - Tableau vendu 110 770 euros
Le Phô Tableau vendu 550 000 euros
Artexpertise.fr 1er site en France d'estimation gratuite de tableaux et objets d'art
Découverte d'un chef d'oeuvre de la peinture Vietnamienne
Estimation gratuite de Sculpture, de Bronze, de Marbre
Estimation gratuite de tableaux abstraits et art contemporain
Smooth Multi-level Responsive Menu

Alfred Stevens

Info : Estimation gratuite de votre tableau

Alfred Stevens, né le 11 mai 1823 à Bruxelles et mort le 29 août 1906 à Paris, est un peintre belge. Élève d'Ingres à École nationale supérieure des beaux-arts de Paris à partir de 1844, sa carrière a connu une ascension fulgurante tant en Belgique qu'en France où il a passé la plus grande partie de sa vie. Très introduit dans les milieux artistiques et mondains de la capitale, il était l'ami d'Édouard Manet, Berthe Morisot, tandis que son frère, Arthur Stevens, marchand d'art installé à Paris et à Bruxelles, œuvrait pour faire connaître les peintres français. Stevens a en commun avec Manet un modèle féminin : Victorine Meurant qui pose pour Olympia.

D'abord en retrait du courant impressionniste, aimé pour ses scènes de genre dont le sujet est en majorité de jeunes élégantes, ses tableaux se vendent à des prix très élevés. Mais à partir de 1883, saisi d'un doute devant la montée de l'impressionnisme, Stevens a reconsidéré sa peinture et a réalisé des paysages impressionnistes. Pour l'Exposition universelle de Paris de 1889, il reçoit la commande d'une fresque, aujourd'hui disparue : Le Panorama du siècle.

1844-1866 : une ascension rapide

Fils du bruxellois Léopold Stevens (mort en 1837) ancien officier passionné de peinture et collectionneur en particulier des œuvres de Théodore Géricault et Eugène Delacroix, Alfred Stevens est le frère du peintre Joseph Stevens et du marchand de tableaux Arthur Stevens (1825-1890). Il est aussi le père du peintre Léopold Stevens.

Très vite lancé à Paris où il s’est installé en 1844 sur les conseils de Camille Roqueplan, il devient l'ami d'Édouard Manet, Charles Baudelaire, Aurélien Scholl. Il a été admis à l'École nationale supérieure des beaux-arts, dans l'atelier d'Ingres. Cinq ans plus tard, il retourne à Bruxelles où il expose en 1851 des tableaux parmi lesquels Le Soldat blessé, première esquisse d'un genre qu'il approfondit avec des œuvres témoignant de la misère urbaine.

De retour à Paris, il présente à l'Exposition universelle de 1855 quatre tableaux : La Sieste, Le Premier jour du dévouement, La Mendiante, et aussi Les Chasseurs de Vincennes dit aussi Ce qu'on appelle le vagabondage, que Émilien de Nieuwerkerke voulait faire retirer car le sujet déconsidérait l'armée impériale, l'œuvre présentant des soldats arrêtant des vagabonds.

Le peintre abandonne bientôt les miséreux comme veine d'inspiration pour se consacrer aux représentations de la femme contemporaine, alternant encore avec des scènes militaires. Au Salon d'Anvers, la même année, l'artiste est décoré par le roi des Belges pour son tableau Chez soi, représentant une jeune femme se chauffant. En 1858, il épouse Marie Blanc. Il a pour témoins Alexandre Dumas fils, Eugène Delacroix et un grand nombre de personnalités des arts.

À partir de 1860, il connaît un énorme succès grâce à ses tableaux de jeunes femmes habillées à la dernière mode posant dans des intérieurs élégants, à la fois intimistes et mondains. Ceux exposés au Salon de peinture et de sculpture de 1861 lui valent un grand nombre d'admirateurs. Il présente entre autres : Tous les bonheurs ayant pour sujet une femme allaitant, huile sur toile, 116,5 × 89,5 cm, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles, Une Veuve et ses enfants, huile sur toile, 114,5 × 160,5 cm, Musées royaux, Mauvaise nouvelle, encore intitulée La Lettre de rupture, huile sur toile 745 × 54 cm conservée au musée d'Orsay, Le Bouquet surprise, Une mère, Le convalescent...

Le 10 mai 1863, Stevens rencontre Whistler à Londres, quelques jours après l'ouverture du Salon de peinture et de sculpture de Paris où Stevens expose plusieurs toiles ; tandis que Whister présente sa Fille en blanc (Symphony in White, N°1 : The White Girl) au salon des refusés, ouvert le 15 mai 1863.

1867-1872 l'apogée et le courage

Dans les années qui vont suivre, Alfred Stevens est non seulement un peintre reconnu, mais c'est aussi le plus parisien des Belges, qui va tenter avec son frère Arthur d'introduire les artistes français en Belgique. Arthur propose d'ailleurs un contrat à Edgar Degas pour douze mille francs par an, Alfred pousse Manet à envoyer un tableau au Salon des beaux arts de Bruxelles de 1869 Clair de lune sur le port de Boulogne. Dans les années 1860, Arthur est le propagandiste de l'école de Barbizon dont le succès ne se révèlera pleinement qu'à partir de 1870 avec la présence à Bruxelles d'une succursale de la Galerie Durand-Ruel8.

Il rencontre Baudelaire et Eugène Delacroix, qui le cite dans son journal du 13 mars 1855 pour le prêt d'une tunique turque. Il influence James Whistler avec qui il partage un enthousiasme pour les estampes japonaises.

Dès 1867, Alfred a triomphé à l'Exposition universelle où il a présenté dix-huit toiles, qui lui valent l'obtention de la médaille d'or et la promotion au grade d'officier de la Légion d'honneur, parmi lesquelles : Le Bain et L'Inde à Paris (dit aussi Le Bibelot exotique)9, que le critique d'art Robert de Montesquiou salue ainsi dans la Gazette des beaux-arts : « Le portrait est celui de Cachemire. Il l'a peint comme son maître Vermeer aurait fait d'une de ces cartes de géographie qu'il donnait pour fond à des femmes pensives. »

Stevens devient un ami de Bazille et un habitué du café Guerbois et du Café Tortoni. Avec la vogue du japonisme, il est aussi l'un des tout premiers peintres de l'époque, avec James Tissot, James Whistler ou Édouard Manet, à s'intéresser aux objets d'Extrême-Orient qu'il trouve notamment dans le magasin "La Porte chinoise" sis rue Vivienne à Paris, fréquenté aussi par ses amis Baudelaire et Félix Bracquemond. Parmi ses premiers tableaux japonisants on trouve La Dame en rose de 1866, suivi par Le Bibelot exotique de 1867, La collectionneuse de porcelaines en 1868, puis une série de plusieurs toiles de jeunes femmes en kimono réalisées vers 1872. Confirmé par Claude Pichois, Adolphe Tabarant révèle aussi que sous le pseudonyme de J. Graham il a donné au journal Le Figaro plusieurs chroniques vantant le talent de Manet, dont Le Déjeuner sur l'herbe qui figure au salon des refusés.

Sa carrière encouragée par Mathilde Bonaparte et la princesse de Metternich a connu une ascension fulgurante. Mais en dépit du confort que procure la célébrité, Alfred demande à Étienne Arago, maire de Paris, l'autorisation de s'engager dans la Garde nationale pour combattre aux côtés de ses amis lors du Siège de Paris (1870). « Je suis à Paris depuis vingt ans, j'ai épousé une parisienne, mes enfants sont nés à Paris, mon talent, si j'en ai, je le dois en grande partie à la France. »

C'est encore par l'intermédiaire d'Alfred Stevens que Manet va faire la connaissance du marchand de tableaux Paul Durand-Ruel, et de son cercle de relations : Degas, Morisot. Tout-Paris fréquente désormais l'atelier de Stevens situé d'abord rue Laval, puis rue des Martyrs et à partir de 1880, rue de Calais. Les Goncourt qui lui rendent souvent visite décrivent le luxe dans lequel il vit. À cette même époque, Stevens a créé un atelier de peinture pour dames avenue Frochot, fréquenté par Sarah Bernhardt dont le peintre fera le portrait.

La mort de Manet, en 1883 va beaucoup l'affecter. Stevens traverse une période de doute devant l'arrivée de l'impressionnisme. Commence alors une période de recherche dans laquelle Berthe Morisot joue un rôle prépondérant.

La remise en question

Dans les années 1880 Stevens traverse une crise morale qui l'amène à remettre en question tout ce qu'il fait. Élève d'Ingres, souvent proche de Gustave Courbet, ou de Manet avec Ophelia. Le Bouquet effeuillé, 1867, huile sur toile, 70,5 × 51 cm, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, il a peint jusque-là avec une rigueur qu'il abandonne parfois sous l'influence d'autres peintres. C'est le cas de La Jeune mère, 1868, huile sur toile, 39,37 × 29,21 cm Dumbarton Oaks Museum, Washington DC qui rappelle au style de Berthe Morisot.

Ses peintures s'arrachent, le roi des Belges lui commande Les Quatre saisons, les Vanderbilt lui achètent des toiles au prix fort, et pourtant, vers 1883, saisi à la fois d'une grande fatigue physique et d'un doute sur son travail, Stevens part à Menton sur les conseils de son médecin. Et là, il se livre à des expérimentations : des paysages impressionnistes.

Il peint aussi des marines et des scènes côtières dans un style plus libre, presque impressionniste, proche d'Eugène Boudin ou de Johan Barthold Jongkind.

Vers la fin de sa vie, son style n’est pas sans similitude avec celui de son contemporain John Singer Sargent.

Il publie en 1886 « Impressions sur la peinture », qui connaît un grand succès.

C'est, en 1900, le premier artiste vivant à obtenir une exposition individuelle à l’École des beaux-arts de Paris.

Il arrête de peindre à partir des années 1890 à la suite de problèmes de santé et il meurt à Paris en 1906. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (32e division).
 Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Alfred Stevens (peintre belge) de Wikipédia en français (auteurs)

Info : Estimation gratuite de votre tableau

Alfred Stevens, né le 11 mai 1823 à Bruxelles et mort le 29 août 1906 à Paris, est un peintre belge. Élève d'Ingres à École nationale supérieure des beaux-arts de Paris à partir de 1844, sa carrière a connu une ascension fulgurante tant en Belgique qu'en France où il a passé la plus grande partie de sa vie. Très introduit dans les milieux artistiques et mondains de la capitale, il était l'ami d'Édouard Manet, Berthe Morisot, tandis que son frère, Arthur Stevens, marchand d'art installé à Paris et à Bruxelles, œuvrait pour faire connaître les peintres français. Stevens a en commun avec Manet un modèle féminin : Victorine Meurant qui pose pour Olympia.

D'abord en retrait du courant impressionniste, aimé pour ses scènes de genre dont le sujet est en majorité de jeunes élégantes, ses tableaux se vendent à des prix très élevés. Mais à partir de 1883, saisi d'un doute devant la montée de l'impressionnisme, Stevens a reconsidéré sa peinture et a réalisé des paysages impressionnistes. Pour l'Exposition universelle de Paris de 1889, il reçoit la commande d'une fresque, aujourd'hui disparue : Le Panorama du siècle.

1844-1866 : une ascension rapide

Fils du bruxellois Léopold Stevens (mort en 1837) ancien officier passionné de peinture et collectionneur en particulier des œuvres de Théodore Géricault et Eugène Delacroix, Alfred Stevens est le frère du peintre Joseph Stevens et du marchand de tableaux Arthur Stevens (1825-1890). Il est aussi le père du peintre Léopold Stevens.

Très vite lancé à Paris où il s’est installé en 1844 sur les conseils de Camille Roqueplan, il devient l'ami d'Édouard Manet, Charles Baudelaire, Aurélien Scholl. Il a été admis à l'École nationale supérieure des beaux-arts, dans l'atelier d'Ingres. Cinq ans plus tard, il retourne à Bruxelles où il expose en 1851 des tableaux parmi lesquels Le Soldat blessé, première esquisse d'un genre qu'il approfondit avec des œuvres témoignant de la misère urbaine.

De retour à Paris, il présente à l'Exposition universelle de 1855 quatre tableaux : La Sieste, Le Premier jour du dévouement, La Mendiante, et aussi Les Chasseurs de Vincennes dit aussi Ce qu'on appelle le vagabondage, que Émilien de Nieuwerkerke voulait faire retirer car le sujet déconsidérait l'armée impériale, l'œuvre présentant des soldats arrêtant des vagabonds.

Le peintre abandonne bientôt les miséreux comme veine d'inspiration pour se consacrer aux représentations de la femme contemporaine, alternant encore avec des scènes militaires. Au Salon d'Anvers, la même année, l'artiste est décoré par le roi des Belges pour son tableau Chez soi, représentant une jeune femme se chauffant. En 1858, il épouse Marie Blanc. Il a pour témoins Alexandre Dumas fils, Eugène Delacroix et un grand nombre de personnalités des arts.

À partir de 1860, il connaît un énorme succès grâce à ses tableaux de jeunes femmes habillées à la dernière mode posant dans des intérieurs élégants, à la fois intimistes et mondains. Ceux exposés au Salon de peinture et de sculpture de 1861 lui valent un grand nombre d'admirateurs. Il présente entre autres : Tous les bonheurs ayant pour sujet une femme allaitant, huile sur toile, 116,5 × 89,5 cm, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles, Une Veuve et ses enfants, huile sur toile, 114,5 × 160,5 cm, Musées royaux, Mauvaise nouvelle, encore intitulée La Lettre de rupture, huile sur toile 745 × 54 cm conservée au musée d'Orsay, Le Bouquet surprise, Une mère, Le convalescent...

Le 10 mai 1863, Stevens rencontre Whistler à Londres, quelques jours après l'ouverture du Salon de peinture et de sculpture de Paris où Stevens expose plusieurs toiles ; tandis que Whister présente sa Fille en blanc (Symphony in White, N°1 : The White Girl) au salon des refusés, ouvert le 15 mai 1863.

1867-1872 l'apogée et le courage

Dans les années qui vont suivre, Alfred Stevens est non seulement un peintre reconnu, mais c'est aussi le plus parisien des Belges, qui va tenter avec son frère Arthur d'introduire les artistes français en Belgique. Arthur propose d'ailleurs un contrat à Edgar Degas pour douze mille francs par an, Alfred pousse Manet à envoyer un tableau au Salon des beaux arts de Bruxelles de 1869 Clair de lune sur le port de Boulogne. Dans les années 1860, Arthur est le propagandiste de l'école de Barbizon dont le succès ne se révèlera pleinement qu'à partir de 1870 avec la présence à Bruxelles d'une succursale de la Galerie Durand-Ruel8.

Il rencontre Baudelaire et Eugène Delacroix, qui le cite dans son journal du 13 mars 1855 pour le prêt d'une tunique turque. Il influence James Whistler avec qui il partage un enthousiasme pour les estampes japonaises.

Dès 1867, Alfred a triomphé à l'Exposition universelle où il a présenté dix-huit toiles, qui lui valent l'obtention de la médaille d'or et la promotion au grade d'officier de la Légion d'honneur, parmi lesquelles : Le Bain et L'Inde à Paris (dit aussi Le Bibelot exotique)9, que le critique d'art Robert de Montesquiou salue ainsi dans la Gazette des beaux-arts : « Le portrait est celui de Cachemire. Il l'a peint comme son maître Vermeer aurait fait d'une de ces cartes de géographie qu'il donnait pour fond à des femmes pensives. »

Stevens devient un ami de Bazille et un habitué du café Guerbois et du Café Tortoni. Avec la vogue du japonisme, il est aussi l'un des tout premiers peintres de l'époque, avec James Tissot, James Whistler ou Édouard Manet, à s'intéresser aux objets d'Extrême-Orient qu'il trouve notamment dans le magasin "La Porte chinoise" sis rue Vivienne à Paris, fréquenté aussi par ses amis Baudelaire et Félix Bracquemond. Parmi ses premiers tableaux japonisants on trouve La Dame en rose de 1866, suivi par Le Bibelot exotique de 1867, La collectionneuse de porcelaines en 1868, puis une série de plusieurs toiles de jeunes femmes en kimono réalisées vers 1872. Confirmé par Claude Pichois, Adolphe Tabarant révèle aussi que sous le pseudonyme de J. Graham il a donné au journal Le Figaro plusieurs chroniques vantant le talent de Manet, dont Le Déjeuner sur l'herbe qui figure au salon des refusés.

Sa carrière encouragée par Mathilde Bonaparte et la princesse de Metternich a connu une ascension fulgurante. Mais en dépit du confort que procure la célébrité, Alfred demande à Étienne Arago, maire de Paris, l'autorisation de s'engager dans la Garde nationale pour combattre aux côtés de ses amis lors du Siège de Paris (1870). « Je suis à Paris depuis vingt ans, j'ai épousé une parisienne, mes enfants sont nés à Paris, mon talent, si j'en ai, je le dois en grande partie à la France. »

C'est encore par l'intermédiaire d'Alfred Stevens que Manet va faire la connaissance du marchand de tableaux Paul Durand-Ruel, et de son cercle de relations : Degas, Morisot. Tout-Paris fréquente désormais l'atelier de Stevens situé d'abord rue Laval, puis rue des Martyrs et à partir de 1880, rue de Calais. Les Goncourt qui lui rendent souvent visite décrivent le luxe dans lequel il vit. À cette même époque, Stevens a créé un atelier de peinture pour dames avenue Frochot, fréquenté par Sarah Bernhardt dont le peintre fera le portrait.

La mort de Manet, en 1883 va beaucoup l'affecter. Stevens traverse une période de doute devant l'arrivée de l'impressionnisme. Commence alors une période de recherche dans laquelle Berthe Morisot joue un rôle prépondérant.

La remise en question

Dans les années 1880 Stevens traverse une crise morale qui l'amène à remettre en question tout ce qu'il fait. Élève d'Ingres, souvent proche de Gustave Courbet, ou de Manet avec Ophelia. Le Bouquet effeuillé, 1867, huile sur toile, 70,5 × 51 cm, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, il a peint jusque-là avec une rigueur qu'il abandonne parfois sous l'influence d'autres peintres. C'est le cas de La Jeune mère, 1868, huile sur toile, 39,37 × 29,21 cm Dumbarton Oaks Museum, Washington DC qui rappelle au style de Berthe Morisot.

Ses peintures s'arrachent, le roi des Belges lui commande Les Quatre saisons, les Vanderbilt lui achètent des toiles au prix fort, et pourtant, vers 1883, saisi à la fois d'une grande fatigue physique et d'un doute sur son travail, Stevens part à Menton sur les conseils de son médecin. Et là, il se livre à des expérimentations : des paysages impressionnistes.

Il peint aussi des marines et des scènes côtières dans un style plus libre, presque impressionniste, proche d'Eugène Boudin ou de Johan Barthold Jongkind.

Vers la fin de sa vie, son style n’est pas sans similitude avec celui de son contemporain John Singer Sargent.

Il publie en 1886 « Impressions sur la peinture », qui connaît un grand succès.

C'est, en 1900, le premier artiste vivant à obtenir une exposition individuelle à l’École des beaux-arts de Paris.

Il arrête de peindre à partir des années 1890 à la suite de problèmes de santé et il meurt à Paris en 1906. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (32e division).
 Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Alfred Stevens (peintre belge) de Wikipédia en français (auteurs)

•  Vous possédez une oeuvre de Alfred Stevens et vous cherchez à en connaître la valeur  ?

•  Vous souhaitez vendre une peinture, dessin de Alfred Stevens ?

•  Bordeaux expertises et son équipe d'experts et de spécialistes vous proposent une expertise et une estimation gratuite de vos peintures, dessins de Alfred Stevens en toute confidentialité.

•  Après évaluation, vos peintures, dessins et objets d'art pourront trouver place dans l'une de nos ventes aux enchères.

- - - - - - - - - - - - - - -
Liste des artistes peintres et sculpteurs que nous recherchons en permanence :
POURQUOI FAIRE APPEL À NOS EXPERTS ?
  1. Une réponse immédiate à vos demandes
  2. Une présence dans votre région.
  3. Un service d'expertise gratuit et personnalisé
  4. La possibilité d'un déplacement à domicile.
LES + DE LA VENTE AUX ENCHÈRES
  1. Bénéficiez d'un important fichier de collectionneurs nationaux et internationaux, par spécialité.
  2. Vente en live auction et catalogue de vente en ligne sur interencheres.com, auction.fr et gazette-drouot.com.
  3. Rédaction et édition d'un catalogue de vente dans lequel vos oeuvres seront reproduites.
  4. Accompagnement juridique et fiscal inclus.
EXPERTISE GRATUITE
Expertise gratuite de vos oeuvres d'art
Cliquez ici !!!
FAITES APPEL À NOS EXPERTS
  1. Une réponse immédiate à vos demandes
  2. Une présence dans votre région.
  3. Un service d'expertise gratuit et personnalisé
  4. La possibilité d'un déplacement à domicile.
LES + DE LA VENTE AUX ENCHÈRES
  1. Bénéficiez d'un important fichier de collectionneurs nationaux et internationaux, par spécialité.
  2. Vente en live auction et catalogue de vente en ligne sur interencheres.com, auction.fr et gazette-drouot.com.
  3. Rédaction et édition d'un catalogue de vente dans lequel vos oeuvres seront reproduites.
  4. Accompagnement juridique et fiscal inclus.
EXPERTISE GRATUITE
Expertise gratuite de vos oeuvres d'art
Cliquez ici !!!

Estimation tableau Chu Teh Chun Estimation tableau Le Phô côte gratuite des peintres La cote gratuite des sculpteurs Expertise gratuite tableaux anciens France Estimation gratuite de mobilier et d'objets d'art du XXème cotation peintre expert livres anciens estimation gratuite tableau ancien estimation peinture Jacques Majorelle Armand Seguin Paul Sérusier Henri Le Sidaner Henri Fantin Latour Serge Poliakoff Felix Vallotton  expertise tableau ancien salles des ventes bordeaux  Estimation gratuite tableaux école de Bordeaux et Pays basque Evaluation livres anciens expertise tableaux Cote tableau et peinture dessins anciens expert antiquités expert en tableaux expert en livres anciens estimation gratuite livres anciens évaluation antiquités objets d'art estimation photographies anciennes gravures anciennes expertise collection de tableaux anciens expertise photographie ancienne expert photographie ancienne expertise art d’Asie tableaux orientalistes expertise gratuite antiquités France Estimation de mobilier design Cognac Auch Albi Clermont Ferrand Castres Rodez Royan Saint Etienne Saint Cloud Versailles Bayonne Sarlat Pau Brives Angoulème Niort Foix Laval Pamiers Tulle Cahors Montauban Bordeaux Biarritz La Rochelle Bayonne Agen Mont de Marsan Dax Tarbes Moulin Millau Auch Poitiers La Roche sur Yon Saint Cloud Saint Germain en Laye Versailles Saint Germain en Laye Levallois Perret Laval Angers Limoges Toulouse Carcassonne Clermont Ferrand Moulins Tours Angers Landes Dordogne Périgord Gironde Charente Maritime Lot et Garonne Haut de Seine Yvelines Orne Mayenne Eure Calvados Seine et marne Val de Marne Val d'Oise Maine et Loire Tarn et Garonne Yonne Mayenne Eure Estimation art d'Asie Chine Tibet Indochine Expertise sculpture marbre bronze Cotation gratuite des peintres France Estimation tableau Zao Wou Ki France Estimation peinture Nguyen Phan Chanh France Estimation peinture Mai Thu Estimation tableau Vu Cao Dam Estimation France Expertise tableau tableau impressionniste ou post - impressionniste Emile Friant  Jacques Majorelle  Henri Fantin Latour Felix Vallotton France Estimation mobilier Jean Michel Franck Blanche Hoschedé Monet Fréderic Bazille Louis Hayet Henri Lebasque Albert Lebourg Martial Raysse Yves Klein Joseph Marie Vien Francois André Vincent Auguste Renoir Berthe Morisot André Brasilier Paul Elie Ranson Armand Guillaumin Théophile Steinlen Francis Picabia Paul César Helleu Giovanni Boldini Emile Bernard Geer Van Velde Henri Martin Emile Boggio Georges Guyot Rembrandt Bugatti Henri Manguin Louis Valtat Felix Tobeen Alice Penalba Nicolas Tarkhoff Wolfgang Paalen Henry Moret Charles Angrand Le Corbusier Achille Laugé Gustave Cariot Moise Kisling Gustave Loiseau Maxime Maufra Jean Dupas Niki de Saint - Phalle Edgar Maxence Key Sato Paul Signac Jean Royère Line Vautrin Jean Dunand Paul Jouve Gustave Caillebotte Victor Brauner Pierre Soulage René Magritte Georges Lacombe Georges Seurat Edgar Degas Lucio Fontana Philippe Hiquily Carlo Bugatti Jean Hélion Felix Del Marle Sonia Delaunay Marie Laurencin Toulouse Lautrec Anne Louis Girodet Théodore Chassériau Pierre Bonnard Auguste Rodin Hans Hartung André Masson Kees Van Dongen Jacques Villon Emile Jourdan Sam Szafran Carlos Cruz Diez Suzanne Valadon Henri Emilien Rousseau Armand Guillaumin Yves Tanguy Gustave Moreau François Xavier Lalanne Odilon Redon Roberto Matta Pierre Alechinsky Simon Hantaï Marie Hélena Vieira Da Silva Gérard Schlosser Charles lacoste Joseph Sima Albert Marquet Victor Charreton Charles Camoin Raymond Duchamp Villon Bernard Boutet de Montvel Raymond Hains Jean Béraud Louis Anquetin Maurice Denis Maurice Estève Gaston Chaissac Roger Bissière Federico Zandomeneghi Takesada Matsutani Claude Viallat Toyen 


Retrouvez-nous sur Artexpertise-paris.com


Il est interdit de copier, de reproduire, d'exploiter ou d'interpreter de quelque façon que ce soit et à quelque fin que ce soit, tout ou partie de Artexpertise.fr

CABINET D'EXPERTISE Alexis Marechal - Experts en objets d'art et oeuvres d'exception - Tél. 05 56 48 01 80
CABINET D'EXPERTISE
Alexis Marechal
Experts en objets d'art et oeuvres d'exception
Tél : 05 56 48 01 80